J'ai vu des soucoupes Volantes Henri Bordeleau (1966)

8 Novembre 2014 , Rédigé par Anthony2201 Publié dans #Livres Ovnis

J'ai vu des soucoupes Volantes Henri Bordeleau (1966)

Henri Bordeleau : pionnier québécois de l’ufologie au Canada

«J'ai percé le mystère des soucoupes volantes», enfin la clef ! Depuis 20 ans, Henri Bordeleau, auteur du volume «J'AI VU DES SOUCOUPES VOLANTES», de nombreux articles dans les journaux canadiens et dans les revues «soucoupistes» d'Europe, scrute toutes les informations concernant les «Objets Volants Non Identifiés», mène des enquêtes poussées auprès des témoins du passage de ces «Mystérieux Objets Célestes» et effectue avec opiniâtreté des recherches minutieuses pour découvrir le but caché de leurs visites fugaces sur tous les continents et depuis des MILLÉNAIRES. Il connaît tellement bien le problème que TERRE DES HOMMES 69 a retenu ses services comme conseiller sur les soucoupes volantes pour son Pavillon du Monde Insolite, et la théorie qu'il énonçait dans son premier ouvrage lui a valu d'être partout connu comme «le père de la théorie des arrivages cosmiques».


Maintenant, il fait la somme de tout ce qu'il a appris sur ce phénomène qui passionne le monde, et amène le lecteur à découvrir lui-même le BUT SECRET des «extraterrestres», grâce à des photos inédites de «triangles volants» prises au télescope par un de ses lecteurs et à de précieux indices qu'il a recueillis avec une patience de moine auprès de témoins d'atterrissages dans la région des Cantons de l'Est au Québec. TOUT Y EST ! Il explique l'apparition de «vagues» de soucoupes au-dessus de certaines régions du globe, commente le projet BLUE BOOK, quelques interprétations de Paul Misraki et de Carrouges ; complète la «théorie de l'orthogénie» d'Aimé Michel ; fouille une observation-clé de Jacques Vallée; réponds par le biais au fameux RAPPORT CONDON et surtout... révèle des faits stupéfiants sur FATIMA, les PYRAMIDES à étages du Mexique et de l'ÉGYPTE, les statues géantes de l'ÎLE DE PÂQUES et d'ABU SIMBEL, et proposes-en une synthèse magistrale de ce phénomène interplanétaire la SEULE RÉPONSE qui puisse réconcilier la raison avec des faits observés, mais d'apparence déraisonnable.

 

Témoignage de Monsieur Henri Bordeleau :

- Nous sommes le lundi 25 avril 1966. Il fait froid et encore clair. Je marche lentement, rue Hochelaga, en regardant le ciel au-dessus des réverbères allumés. Je suis à 200 pieds du coin de la rue quand, tout à coup, au-dessus d’une maison apparaît une intense «lumière» vert émeraude. Comme un feu de circula­tion mais plus brillant. Cette «boule» semble s’abaisser légèrement vers la gauche pour ensuite se redresser vers la droite, d’un angle de 50 ou de 45 degrés, très lentement. Un petit point lumineux apparaît soudain à l'arrière de la «boule»...


- Pendant un instant, je pense : «Un avion qui vire.» Mais la «boule» verte est beaucoup trop grosse et trop brillante; je comprends que j’ai une «soucoupe» devant les yeux! Le ciel est clair et d’un beau bleu de cobalt pâle; terriblement ému, je m’arrête et je tâche de ne pas m’affoler et de tout retenir. La soucoupe monte toujours, lentement, en ligne avec une sorte de majesté. Subitement, à 100 degrés environ, des points brillants et dorés surgissent de l’arrière de la «boule» en rangs réguliers., comme si on les égrenait, quatre ou cinq rangées de sept ou huit points, d’abord éjectés comme des parachutes largués d’un avion,ces points tournent ensuite au rouge foncé, en ralentissant, pour s’éteindre comme des tisons.


- Cela ressemble aux grandes pièces pyrotechniques appelées «chutes Niagara». Il n’y a pas de désordre, je note même qu’un ou deux de ces points semblent contourner un autre, comme pour se mettre en ligne. Cette pluie d’or forme une sorte de queue sans pointe, quand les tisons s’éteignent tous, à peu près au même endroit, en ralentissant... des soucoupes? Trente ou quarante soucoupes! Il est exactement huit heures, seize minutes (ma montre a 32 secondes d’avance sur Washington). Soudain, la lueur s’éteint. Puis, en avant, cinq ou six petits disques brillants, dorés, s’élancent, se déploient en éventail, suivis chacun d’un minuscule trait de fumée brunâtre...


- Des soucoupes-pilotes? Je cours quelque vingt pieds pour suivre jusqu’au bout la marche du phénomène; les petits disques jaune pâle tournent au rouge foncé et disparaissent. Tout cela a duré, en tout, vingt ou vingt-cinq secondes, depuis l’apparition de la «boule» de feu, à gauche, et la disparition des petits disques, à droite. Ensuite, plus rien, sauf une traînée de fumée blanchâtre, comme luminescente avec un renflement au milieu, à l’endroit où sont sortis les petits points brillants du début. Le renflement semble pulser, un peu comme un tube fluorescent qu’on allume.


- Je viens d’assister à un événement aussi important pour l’humanité que la découverte du feu et de la roue, pourtant, la rue Hochelaga, rien n’a changé... Les feux de circulation continuent de clignoter. Les autos de rouler et les enfants de jouer... Je regarde la traînée de fumée battre comme un coeur, la ligne est toujours droite, bien visible. J’entre dans un restaurant voisin pour téléphoner à la maison, mais la ligne est occupée. Je bondis hors du restaurant, la fumée est toujours là, mais elle ne bat plus et est déformée par les vents, en quatre demi-cercles, se dissout lentement. Il est heureux que je n’aie pas eu un appareil de photos, car, en voulant prendre des photos, j’aurais, en visant, sûrement manqué d’observer les phases du phénomène.


- J’ai reproduit sur la couverture les trois phases, comnme si elles avaient été simultanées, pour donner une vue d’ensemble, mais elles se sont produites successivement, comme je viens de le raconter. Il m’a fallu une douzaine de secondes pour être sûr que c’étaient DES SOUCOUPES et non pas UNE soucoupe que je voyais, car le processus d’identification s’est effectué par étapes, je comparais continuellement avec du déjà vu (feu de signalisation d’un avion, pièce pyrotechnique, fusée), avec du déjà entendu (sifflement des « jets », explosion d’un feu d’artifice…). Ce n’est qu’à l’apparition des points brillants, à l’arrière de la boule, que j’ai été sûr d’avoir vu plusieurs soucoupes groupées.

 

J'Ai Vu Des Soucoupes Volantes

J'ai vu des soucoupes Volantes Henri Bordeleau (1966)

Partager cet article

Commenter cet article